Cancer, comment agir pour tenter de s’en sortir…

Le cancer, état des lieux.

Le cancer est considéré comme le grand fléau du 20ème et du début du 21ème siècles.

A ce jour il n’y a pas de traitement « miracle » car le fonctionnement du cancer n’est pas totalement compris malgré les travaux d’ Otto Warburg en 1926 (The metabolism of tumors in the body).

Quelques définitions :

Ameli.frSur le plan médical, le mot « cancer » désigne un groupe de maladies très différentes les unes des autres. Ces maladies sont cataloguées selon l’origine des cellules cancéreuses (cancer de la peau, cancer du sein, cancer des poumons, etc.). C’est pourquoi, médicalement parlant, il est préférable de parler de « cancers » au pluriel.
Sur le plan biologique, le cancer résulte de la survenue d’un dysfonctionnement au niveau de certaines cellules de l’organisme

E-cancer.fr : Maladie provoquée par la transformation de cellules qui deviennent anormales et prolifèrent de façon excessive. Ces cellules déréglées finissent par former une masse qu’on appelle tumeur maligne. Les cellules cancéreuses ont tendance à envahir les tissus voisins et à se détacher de la tumeur. Elles migrent alors par les vaisseaux sanguins et les vaisseaux lymphatiques pour aller former une autre tumeur (métastase).

Partant du principe que les cellules cancéreuses sont les ennemies, les approches médicales depuis 1940 à aujourd’hui consistent principalement à détruire les cellules cancéreuses avec la chirurgies, la chimiothérapie, la radiothérapie, l’immunothérapie.

Un oncologue voit le cancer différemment.

Pour le Docteur Laurent Schwartz, oncologue, déclare en aout 2022 : Le cancer est maladie métabolique simple et banale. Elle est due à une fermentation au sein de la cellule liée à une mauvaise combustion du sucre par les mitochondries. Ce mauvais fonctionnement créée alors une augmentation de la pression électronique. 

Le cancer et changement de paradigme.

Le cancer, c’est l’effet Warburg : combustion –> fermentation.

En fonctionnement normal dans des cellules saines donc en présence d’oxygène, les cellules transforment le glucose (sucre) en pyruvate dans le cytoplasme. Le pyruvate sera ensuite introduit dans le compartiment mitochondrial pour être comburé en dioxyde de carbone et en énergie ADP/ATP au cours du cycle de Krebs. Ces réactions assurent une production maximale d’ATP pour un minimum d’acide lactique.
Ces réactions ne sont possibles qu’en présence abondante d’oxygène. On parle alors de respiration cellulaire avec une glycolyse aérobique assurée par des cellules saines en mode « combustion ».
À l’inverse, en défaut d’oxygène, la glycolyse anaérobique transforment alors le glucose en acide lactique, pour peu d’énergie ADP/ATP. La cellule bascule alors en mode « fermentation ».

L’effet Warburg serait donc le changement métabolique de mode de fonctionnement de la cellule quant à la combustion du glucose.

Grâce à la physique, l’effet Warburg est une conséquence de la 2ème loi de la thermodynamique.

LA solution consisterait à inverser l’effet Warburg et transformer l’entropie en chaleur.

Radicaux libres : les électrons n’arrivent pas à sortir de la cellules.

Ainsi le Dr Laurent Schwartz est persuadé que la solution existe à travers des molécules simples et anciennes telles que l’acide lipoïque, hydroxycitrate de calcium, le bleu de méthylène ou encore l’hydroxyde de chlore.

La Chimie Naturelle propose une vision atypique et complémentaire.

Au-delà de l’effet Warburg, constatant que les mitochondries des cellules cancéreuses basculent d’un mode de combustion en mode fermentation, les travaux d’Otto Warburg a concluent que : les cellules cancéreuses se développent dans un milieu anaérobique et acide.

Alors que beaucoup cherchent autour de la glycolyse, c’est à dire la dégradation et la combustion du sucre, La Chimie Naturelle du Corps Humain observe et étudie alors le fonctionnement général de la cellule et surtout son milieu.

Il apparait alors 3 éléments primordiaux qui participent activement à l’équilibre acido-basique du milieu de la cellule et de la mitochondrie : le Calcium, le Sodium et le Potassium. Ces 3 éléments sont bien évidemment sous formes ioniques : Ca2+, Na+ et K+.

Nous pouvons facilement observer que ces 3 éléments sont impliqués dans le fonctionnement général de la cellules :

  • Le Calcium, quant à lui, est très impliqué partout dans la cellule. Il joue un rôle de messager intracellulaire et de régulateur des fonctions cellulaires (motilité, division, mort cellulaire…) sous forme de courtes impulsions calciques circulant dans des canaux.

La réflexion de la Chimie Naturelle du Corps Humain est la suivante : ne serait-il pas intéressant de booster par voies interne ou externe ces 3 éléments, Calcium, Sodium et Potassium pour stimuler tous les métabolismes jusqu’au plus profond des cellules.
Sachant de plus que le Calcium est également largement impliqué dans l’apoptose de la cellule.

En plus de ces 3 éléments, il serait intéressant d’apporter du Soufre et du Chlore car ils sont des antioxydants puissants.

La Chimie Naturelle du Corps Humain peut vous apporter des informations essentielles et naturelles pour mieux comprendre tous ces principes.

D’autre part il est primordial dans ce contexte d’aborder sereinement la dimension émotionnelle et spirituelle pour se donner toutes ses chances ! 

Appelez Marc-Dauphin-Roy pour un entretien-conseils :